Animation de groupe en Intelligence Collective

Ces derniers jours, j’ai eu l’occasion d’animer à plusieurs reprises des groupes de travail en Intelligence collective. Dans les deux cas, il s’agissait de sujets touchant de près au Développement Durable.

Il est très intéressant de constater combien les réactions des primo participants à une session d’IC sont similaires, quelques soient les groupes et personnalités concernées.

Tout d’abord on peut ressentir une certaine gène physique dans la proximité liée au cercle, mais celle-ci à tendance à disparaitre au delà de 15 mns d’exercice.

Le deuxième constat réside dans la difficulté d’un très grand nombre d’attendre son tour pour parler : que de frustration 😉 Inversement, quelle richesse que de pouvoir donner la parole à chacun et de façon équitable. Enfin pouvoir entendre la parole de chacun avec le même poids : cela apporte un réel rééquilibrage dans le temps de parole de chacun et enrichit d’autant plus le travail. Cette opportunité d’être entendu et écouté par tous peut également générer un certain inconfort (le trac) qui tourne ensuite très vite en bien-être 😉

Inviter les personnes qui souhaitent intervenir alors que ce n’est pas leur tour de parole, de noter ce qu’ils souhaitent exprimer : réduit grandement la frustration.

Plusieurs points de vigilance pour le bon fonctionnement du groupe :

En ce qui concerne la sociocratie, il est extrêmement important que la proposition faite par le porteur de projet soit la plus claire et la plus aboutie possible. Ainsi les tours de clarification, seront rapides et dynamique.

Autre point de vigilance, la nécessité de former un cercle réel où tout le monde peut se voir, afin de renforcer la qualité d’écoute des participants.

Il est selon moi aussi extrêmement important de limiter le nombre de participants à un cercle : maximum 10 personnes. Au delà, si les participants ne sont pas habitués aux techniques d’IC, les tours de parole risquent d’être trop longs et les participants pourront alors s’impatienter et trouver le processus trop long.

Enfin, dernier éléments, pour que le groupe monte en puissance, il faut un temps de maturation et plusieurs expériences en IC. En effet, la première expérience peut être vécue comme quelque peu inconfortable, mais dès la deuxième expérience, les participants sauront mieux gérer leur temps de parole, en travaillant la synthèse, la non répétition de ce qui a déjà été dit et le groupe gagnera en puissance. Il est donc selon moi indispensable de répéter les expériences en IC pour pouvoir progressivement sentir les bénéfices profonds de la méthode.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s